Le caractère c'est ce qui reste !


Le caractère c'est l'ensemble des traits distinctifs qui composent la personnalité d'un individu. Ces traits se distinguent véritablement dans les moments difficiles. Lorsque tout va bien ces traits peuvent être là mais ils sont vraiment éprouvées quand il y a une difficulté. La patience, la douceur, la gentillesse... c'est ce qui reste dans la maladie, la souffrance, la perte ou la fatigue.


Je pense que c'était la thèse de Satan quand il a attaqué Job: " Comment peux-tu dire qu'il est comme ceci ou comme cela alors que tout va bien ? "


Dans Deutéronome 8:2, Moïse dit que Dieu a éprouvé les enfants d'Israël en leur faisant traverser le désert, Il voulait connaitre les dispositions de leurs cœurs. Ainsi ne te séduis pas demande toi ce qui reste quand ça ne va pas. Demande toi comment est-ce-que tu te comporte avec l'homme et avec Dieu quand ça ne va pas. Es-tu toujours patient, loyal, fidèle, aimant ?


Le caractère imparti par Dieu est quelque chose d'inchangé, il ne varie pas avec les circonstances. Si nous voulons être comme Christ, à sa ressemblance, nous devons avoir Ses traits de caractère de manière permanente. Dieu crée en nous le caractère de Christ par la souffrance, en coopérant avec Lui nous devenons alors patient, joyeux, généreux...en tout temps. J'ai lu dans un livre que le plus grand don que le Seigneur nous ai fait mis à part Jésus c’était la souffrance. Cette phrase m'a choquée mais quand je suis revenu au fait que le but de Dieu c'était que je ressemble à Jésus et non pas uniquement que j'accepte Christ alors j'ai compris que je devais voir la souffrance sous un autre angle. Le but de Dieu c'est que nous revêtions Christ et donc chaque épreuve doit nous permettre de nous évaluer. Les épreuves doivent nous faire progresser sinon on aura souffert pour rien !


J'ai longtemps souffert pour rien, malade, aigrie et en colère... Je me disais que c'était légitime. Je pensais que j'avais le droit d'être en colère et de déverser celle-ci sur mon entourage. J'étais sûre que si ils se mettaient à ma place ils comprendraient. Je me disais que ce n'était pas vraiment moi, que c'était la maladie qui me poussais à être comme ça. Je me trompais. C'était des excuses. C'était bien moi. C'était juste mon caractère qui se révélait. La colère et l'ego démesuré n'était pas des créations de la maladie, elle n'avait fait que les révéler.


Qui es-tu dans les moments difficiles ? Ta joie, ta patience et ta paix sont-elles les mêmes quand rien ne va ? Sois attentif la prochaine fois que tu traverseras un désert. Ce que tu auras vu te feras aller devant le Seigneur avec plus de désespoir en vue de changer et de Lui ressembler davantage.


Sois béni !

33 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout