Go with the flow !

Ces derniers jours je ne vais pas très bien, mon corps s'emballe et les journées sont compliquées. J'ai été quelqu'un de très rigide, accro au contrôle. Le moindre imprévu était une catastrophe et m'entraînait dans un flot de stress mêlé d'inquiétude. Mon esprit était constamment agité, je planifiais tout, même la moindre tâche. Les choses devaient se passer comme je le voulais sinon j'étais contrariée et frustrée. Mes emplois du temps étaient clairs, mes to-do-list ne me quittaient pas d'un iota, tout devait être rangé, carré.


Autant vous dire que la maladie a été un bouleversement complet. Le lupus est une maladie rythmée par des poussées, des phases actives de la pathologie qui ne préviennent pas et peuvent durer longtemps. Il y a comme je le dis souvent des jours "avec" et des jours "sans". L'équilibre entre les deux est fébrile et une journée "avec" peut basculer en un instant pour devenir une journée "sans". Pour une personne qui veut tout contrôler, la vie en général est stressante. La maladie m'a tout simplement fait basculer dans la dépression. Ne pas contrôler mon emploi du temps, ne pas pouvoir trouver la force de faire les choses les plus basiques... cela me désespérait.


Pendant plusieurs années j'ai bataillé avec cette rigidité, mais la maladie est une adversaire coriace contre laquelle la marge de manoeuvre est faible. Quand tu ne peux pas, tu ne peux pas. Petite pensée à ceux qui disent tout haut que quand on veut on peut, bah non ça ne marche pas à tout les coups ! J'ai versé de nombreuses larmes de frustration parce que je ne pouvais pas être à tel endroit, parce que je ne pouvais pas faire ceci ou cela comme je l'avais prévu. J'ai connu une phase où je ne planifiais plus rien, trop découragée. L'équilibre était dur à trouver.


Cependant, au fil des années j'ai fais du progrès. J'ai appris à accepter que je n'avais pas le contrôle. J'ai appris que Dieu était celui qui est au contrôle et qu'IL savait très bien ce qu'il faisait. Au fil des jours sans, j'ai appris à accepter sa souveraineté sur ma vie, sur mes circonstances. Pendant mes études j'ai alors adopté la flexibilité. C'est ce que j'appelle "go with the flow", le fait de faire avec les circonstances qu'on a, avec l'énergie qu'on a. Dans les jours "sans" je m'efforce de faire ce que je peux. Dans les jours "avec" je fais le maximum. Pendant les heures où je me sens vive, quelle que soit l'heure je carbure à plein régime. C'est cela qui m'a permis d'avoir mon diplôme. Si je n'avais pas appris à m'adapter et à embrasser la flexibilité je n'y serais pas arriver. Si je déprimais à chaque fois que mon plan était perturbé, je n'aurais jamais tenu mon diplôme dans mes mains.


Ce n'est pas évident, j'oublie parfois cette leçon. Je pleure encore parfois dans les mauvais jours de ne pas pouvoir faire ce que je veux, de ne pas respecter MON agenda. Puis je me tourne vers Dieu. IL me rappelle qu'IL fait tout parfaitement, qu'il y a un temps pour tout sous le soleil, dans mon cas un temps pour se reposer et un temps pour foncer.


Go with the flow ! Accepte les circonstances de ta vie et considère ton état. Planifier, organiser, être productif c'est bien mais tu dois demeurer flexible car Dieu est au contrôle, tu ne l'es pas !




58 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout